POUR UNE REELLE AUGMENTATION DES SALAIRES !

1 fév

La politique salariale est à l’ordre du jour de la Commission paritaire nationale des régies de
Quartier du 20 décembre 2018. Au regard de la situation sociale, ce point ne peut pas être
balayé d’un revers de main par les employeurs.
L’appauvrissement de tous les salariés et plus particulièrement ceux des salariés des régies
de quartier se poursuit. La maigre revalorisation salariale au 1er janvier 2018 de 0,5 % de la
valeur du point la faisant passer à 9,26 euros n’a recueilli aucune signature des
organisations syndicales de salariés l’année dernière. Le décrochage des salaires par
rapport au coût de la vie est de plus en plus inquiétant : alors que la valeur du point n’a
augmenté que de 25 centimes en 5 ans (+2,8 %), les prix à la consommation en juillet 2018
ont, eux, augmenté de 2,3 % sur un an d’après l’INSEE. De plus, l’année 2018 a été
marquée par des pics importants d’augmentation du coût de l’énergie (gaz, électricité et
carburant…) cette année.
Par contre, les salariés se voient amputés de plus en plus de leur salaire différé.
Effectivement, l’exonération des cotisations sociales salariales et patronales remet en cause
l’équilibre nécessaire à la survie de nos assurances collectives telles que l’assurance
chômage ou l’assurance maladie. De même, le projet de contre-réforme de retraite
n’annonce rien de bon !
Une crise sociale est en cours et la colère qui s’exprime est légitime. Elle est la conséquence
de décennies de politiques d’austérité, notamment appliquées au secteur. Partout dans
celui-ci, ce sont des coupes sombres dans les budgets qui aboutissent à une dégradation
des conditions de travail et au manque de moyens pendant que la précarité salariale, elle,
continue.
Dans les régies de quartier, beaucoup de salariés, par ailleurs, se retrouvent bloqués dans
leur progression de carrière et donc salariale du fait du manque de garantie des grilles de
classification conventionnelles actuelles, ce qui génère une sollicitation accrue de la
commission d’interprétation de branche.
L’annonce par le président de la République et par son gouvernement ne répond en rien à
l’urgence de la situation. La négociation paritaire doit reprendre toute sa place en toute
liberté et en dehors de toutes contraintes budgétaires imposées. Au regard de cette
situation, les organisations syndicales de salariés FO, CGT et CFTC, demandent sans
attendre la réouverture immédiate de négociations et que le Syndicat Employeur des régies
de Quartier se positionne clairement. Par conséquent, nous revendiquons :
— l’augmentation significative de la valeur du point (20 %)
— l’amélioration des grilles de classification en fonction de l’ancienneté et de la qualification,
— une prime exceptionnelle de fin d’année
— la généralisation obligatoire d’une prime transport.
Paris, le 30 janvier 2019

fichier pdf Déclaration politique salariale Régies de Quartier CGTFOCFTC 30 01 19

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Culture Choc |
akdv |
Un micro sous votre oreiller |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Maroua Infos REN
| Chez PattCarbo
| Connaissez-vous vos droits ?